Univerre

Infos "techniques" mais pas trop : Aoc, cépages, arômes, millésimes, terroirs, vinification...

* L'Aoc Margaux : celle que je connais la mieux (because j'y habite, j'ai travaillé à la maison des vins pendant 6 mois et je les ai beaucoup goûtés, of course, pour les conseiller et les vendre).
Aoc créée en 1954, les Margaux sont exclusivement des vins rouges tranquilles (en opposition à effervescents).
Vous pourrez déguster des vins blancs ou rosés en Médoc, mais en Aoc Bordeaux, c'est à dire "déclassés".
1.500 ha, (en moyenne, environ 50 ha / propriété) 65 producteurs pour environ 70 châteaux, s'étend sur 5 communes : Soussans, Margaux, Cantenac, Labarde et Arsac.
Aoc très célèbre en raison de ses 21 crus classés en 1855.
Margaux est la + "féminine" des Aoc du Médoc car utilise + de merlot (rond et fruité) que ses "collègues".
Pour + d'infos sur l'aoc et ses châteaux, je vous renvoie au livre très intéressant "Margaux" de Bernard Ginestet. 


* Les cépages sont utilisés en assemblage dans le Médoc en particulier, et dans le Bordelais en général : on "mélange" plusieurs cépages avec des pourcentages divers, afin de proposer des arômes et des saveurs différents. 

* Le cabernet sauvignon, roi du Médoc, planté depuis le 18è siècle, croisement de cabernet franc et de sauvignon blanc, surnommé "petite vidure" (vigne dure), "petit cabernet" ou "l'athlète", aime souffrir et plonge ses racines très profondément dans le sol pour chercher de l'eau. De maturité tardive, il donne un vin coloré, charpenté, tannique, puissant, complexe, idéal pour un vin de garde.
Ses arômes primaires : cassis, mûre, framboise et poivron vert en sous-maturité. Il laisse une bonne longueur en bouche. 


* Le cabernet franc, l'un des plus anciens cépages rouges du Bordelais, souverain dans le Libournais, la "princesse" possède des tanins fins, des arômes subtils : fruits rouges (framboise), violette et épices (réglisse). Associé au merlot ou au cabernet sauvignon, il apporte de la complexité et un bouquet d'arômes. 


* Le carmenère (ou la carménère), croisement de cabernet franc et gros cabernet, implanté à Bordeaux depuis le 17è siècle, surnommé "grande vidure" (bois de taille assez dur) donne un vin riche, coloré, épicé, a quasi disparu de la région pour s'implanter au Chili. Ses arômes : fraise, framboise, prune, épices. 

* Le malbec, croisement de magdelaine noire et de prunelard, appelé aussi "côt", "teinturin" ou "noir de Pressac", il donne un vin tannique, coloré, fruité, apte au vieillissement. Ses arômes : épices, groseille noire, prune. 

* Le merlot, dominant à Pomerol (95% dans le Pétrus) et à Saint-Emilion, croisement de cabernet franc et de magdelaine noire, surnommé "petit merle" car sa baie est sucrée et les grives et merles l'adorent, ou "cosy". Souple, rond, fruité, éclat en bouche, "féminin", il se marie très bien avec le cabernet sauvignon ou le malbec.
Ses arômes primaires : fruits rouges (framboise) et noirs (cassis, cerise noire), pruneau en vieillissant, violette.
Ses astes (sarments) sont en zig zag.


* Le petit verdot (et non petit verre d'eau !) est un cépage rouge historique du Bordelais, on le trouve dans le Médoc et dans les Graves, où il apporte puissance, couleur intense, arômes épicés et tenue du vin au vieillissement. La "chochotte" est très fragile, pourrit facilement dès qu'elle est mûre, et est utilisée le + souvent en petite quantité en assemblage.

* Les cépages blancs : utilisés pour les blancs secs ou sucrés (moelleux et liquoreux).

* Le sauvignon blanc : "sauvage", descendant du savagnin, a des arômes floraux, buis, bonbon acidulé, agrumes, pomme verte, genêt...

* Le sémillon : vient de "semence", idéal pour les liquoreux, la pourriture noble l'adore. Ses arômes : orange, melon, ananas, miel d'acacia.

* La muscadelle : a les mêmes arômes que le muscat : pêche, descendant du gouais blanc, appelée "tokay" en Australie.

* Dans le bordelais, environ 6 à 7.000 propriétés, 110.000 ha.
Un "château" représente un terroir (sol et climat) + les cépages autorisés + lieu de vinification. 


* Le nom des bouteilles à Bordeaux : (coutume du 19è siècle utilisée par les négociants champenois, le nom et la forme des bouteilles diffèrent selon les régions et la bouteille en verre ne date que du 17è siècle).

Mais "peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse !"

37,5 cl (demi bouteille) : la fillette
75 cl : le frontignan ou la bordelaise
1.5 l : le magnum ("grand" en latin, nom connu depuis fin 18è siècle)
3 l : double magnum
5 l : jéroboam (origine biblique)
6 l : impériale (vient du nom "empereur")
9 l : salmanazar (origine biblique)
12 l : balthazar (origine biblique)
15 l : nabuchodonosor (origine biblique)
18 l : melchior (origine biblique)




Aucun commentaire: